L’animal miroir de l’homme

Au cours de ma pratique vétérinaire (plus de 15 ans), j’ai souvent rencontré des animaux qui présentaient les mêmes pathologies que leurs humains. Au cours de ma pratique vétérinaire (plus de 15 ans), j’ai souvent rencontré des animaux qui présentaient les mêmes pathologies que leurs humains.

Lors de nos premières consultations d’ostéopathie en duo avec Léna Pacher et au cours de ma pratique vétérinaire depuis maintenant plus de 15 ans, j’ai souvent rencontré des animaux qui présentaient les mêmes pathologies que leurs humains : est-ce une simple coïncidence ou est-ce que le lien si fort qui nous unit à eux fait que lorsqu’un des deux développe une pathologie l’autre développe les mêmes symptômes ?

Je me suis souvent intéressée à ce sujet et me questionne encore aujourd’hui. L’animal et son maître sont souvent sur la même longueur d’onde (il en est d’ailleurs de même entre un éleveur et son troupeau). Si le propriétaire ou l’éleveur est stressé, l’animal est stressé. Si l’humain est triste, l’animal le ressent : il peut lui-même ressentir la même émotion ou montrer des signes d’empathie. Mais entre le partage d’émotions et le partage de pathologies la marche est bien plus grande. Sauf si l’on considère qu’une maladie se développe sur un terrain « favorable ». Le stress étant maintenant reconnu comme facteur favorisant l’apparition de nombreuses maladies.

Il n’est pas question de culpabiliser le maître. Juste d’en avoir conscience, de prendre du recul quant à notre relation avec nos animaux. Ils ont beaucoup à nous apprendre en matière d’émotion et d’empathie. Et en tant que vétérinaire, peut-être d’essayer d’en tenir compte dans notre prise en charge thérapeutique de l’animal.

C’est dans cette optique que nous avons décidé d’ouvrir des créneaux pour des consultations d’ostéopathie en duo.

Léna (ostéopathe, pour les humains je vous rassure car la question m’a été posée ;-)) s’occupe de vous et je m’occupe de votre animal.

Nous avons mis en place un protocole qui permet de travailler en synergie (et non chacune de notre côté), pour voir si en soignant les maux de l’animal une amélioration est notable chez son maître et inversement.

Les premiers retours sont très positifs (autant pour les patients que pour les thérapeutes).

Pour des raisons sanitaires à cause du Covid, nous avons suspendu ces séances pour l’instant mais nous les reprendrons dès que possible avec grand plaisir.

Si le sujet vous intéresse je vous conseille le livre d’Olivier Grandie : « l’animal miroir de l’homme », un vétérinaire qui s’est également intéressé à ce sujet.

Partagez cet article :