Soigner avec les mains, quelle belle aventure !

Pour pouvoir ressentir les plus infimes tensions des différents tissus dans ses mains, l'ostéopathe doit être détendu, posé, présent à ce qu’il fait. Pour pouvoir ressentir les plus infimes tensions des différents tissus dans ses mains, l'ostéopathe doit être détendu, posé, présent à ce qu’il fait.

L’ostéopathie est une médecine manuelle… mais pas uniquement. Un ostéopathe a, au cours de sa formation, appris à développer son sens du toucher pour sentir les plus infimes tensions des différents tissus (muscles, fascias…). Mais il apprend également que pour pouvoir ressentir ces tensions dans ses mains, il doit être détendu, posé, présent à ce qu’il fait. Pour cela, on utilise des techniques communes à la méditation et à l’hypnose : l’ancrage, la présence, l’attention, le pouvoir de l’intention.

Pour pouvoir pratiquer l’ostéopathie avec un animal, il faut s’imaginer être dans la même bulle que lui et que son propriétaire. On se synchronise en se mettant sur la même longueur d’onde que lui, au sens propre comme au figuré. Les ondes cérébrales sont celles que l’on peut enregistrer avec un électroencéphalogramme.

Pour faire simple : le cerveau des animaux fonctionne naturellement en longueur d’onde alpha, alors que le nôtre fonctionnerait en ondes béta à l’état d’éveil. En passant en état méditatif ou état d’ancrage, nous passons en ondes alpha et nous nous synchronisons sensu stricto avec l’animal.

En se plaçant dans cet état de conscience modifié (et en fermant les yeux pour certains pour mieux se concentrer), l’ostéopathe perçoit mieux dans ses mains… et dans son corps. Si nous partons du principe (de la physique quantique), que nous sommes tous des systèmes ouverts qui communiquons : en nous synchronisant avec un animal, nous pouvons percevoir les désordres physiques (pertes de mobilité articulaires, tensions musculaires ou viscérales) mais également émotionnels.

Concrètement, le praticien peut percevoir les émotions de son patient et les tensions qu’elles ont pu « imprimer » dans certains tissus. Lorsque les tissus se relâchent, cela s’appelle la libération somato-émotionnelle. Cela peut paraître surprenant, mais nous le faisons tous plus ou moins naturellement avec nos proches ou nos animaux. Pas besoin de mots pour ressentir que la personne qu’on aime est perturbée, triste, ou très enjouée.

Au fur et à mesure du développement de sa pratique, de son sens du toucher et de sa qualité d’écoute, le praticien en ostéopathie apprend que les champs d’application de l’ostéopathie sont beaucoup plus larges que les « simples » désordres musculo-squelettiques. Les pathologies médicales chroniques où l’environnement du patient a une importance primordiale, certaines pathologies comportementales, émotionnelles peuvent être intéressantes à explorer en ostéopathie.

N’hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus.

Partagez cet article :