Elle implique plusieurs systèmes : les fascias (mésos, ligaments suspenseurs) susceptibles d’entraver les possibilités de mouvements des viscères, les fluides (sang, lymphe) qui doivent pouvoir irriguer librement les viscères, le système neuro-végétatif, et le viscère lui-même.

Le diagnostic s’effectue par exemple par des tests de mobilité et de motilité de l’organe dans les trois plans de l’espace en identifiant les restrictions de mouvements. Dans ce cas, le traitement est réalisé par la mobilisation de l’organe en restriction.